Bêtisier 2 : Meuh non c’est pas dangereux !

Informations sur l'usage du cytotec® (misoprostol) en obstétrique et sur l'accouchement déclenché en général
mamancyto
Administrateur
Messages : 120
Inscription : 24 octobre 2011, 21:47

Bêtisier 2 : Meuh non c’est pas dangereux !

Message par mamancyto » 02 octobre 2014, 07:16

LE GRAND BÊTISIER DU MISOPROSTOL

EPISODE 2 : Meuh non c’est pas dangereux !
Image

Dans l'épisode 1, nous avons vu comment le décès d'une femme déclenchée sous cytotec avait été habilement éludé par les auteurs de l'essai clinique visant à tester ce médicament.
Nous avons pu constater au fil de nos lectures que l'argument consistant à prétendre que l'événement indésirable ne pouvait pas avoir été causé par le médicament en question est malheureusement assez répandu.

En 1997, un essai clinique mené en Floride teste un gel vaginal de misoprostol, dosé à 50µg toutes les 8 heures (comparé à la même dose de misoprostol sous forme de comprimé).
Carlan SJ, Bouldin S et al. Extemporaneous preparation of misoprostol gel for cervical ripening: a randomized trial. Obstet Gynecol 90 (1997) 911-5.

Au bout de 2 administrations, on double la dose (soit 100µg toutes les 8 heures !) jusqu’à un maximum de… 500 µg (un élément de comparaison : pour une vache on donne 400µg). Et tant qu’à faire, les femmes présentant un utérus cicatriciel sont admises dans l’étude !!!

On ne sait pas combien de femmes ont succombé à ce traitement de cheval (pardon, de vache), mais les auteurs éludent la question par une belle pirouette : « There were no uterine ruptures or maternal complications believed to be related solely to misoprostol.» (il n’y a pas eu de ruptures utérines ou de complications maternelles qui puissent être attribuées uniquement au misoprostol).
Là encore, il faut savoir décrypter le langage « scientifique » : Il y a eu des ruptures utérines et des complications maternelles, mais on pense que ce n’est pas seulement à cause du misoprostol.

C’est sûr que si la dame est déclenchée pour pré-éclampsie par exemple, et qu’on lui donne 50µg + 50µg + 100µg + 100 µg + 100 µg + 100 µg de Cytotec®, on pourra toujours attribuer la cause du décès à la pré-éclampsie. C’est ça qui est bien avec l’accouchement : à partir du moment où l’on considère que la maman et le bébé sont en danger, on peut tout se permettre, personne ne viendra vous chercher des poux si ça tourne mal.

Toujours est-il que, même dans le texte complet de l’étude, aucun tableau ne fait apparaître les taux de ruptures utérines, ni de décès maternels, fœtaux ou néonataux.
On sait juste que 52 nouveau-nés (12% des 438) ont été admis en soins intensifs.
12%, ça fait quand-même un peu beaucoup, comparé au taux de 3% à 6% d’admission en réanimation enregistrés pour la dinoprostone dans diverses études[1,2]

1- Hofmeyr GJ, Gulmezoglu AM. Vaginal misoprostol for cervical
ripening and labor induction in late pregnancy. Cochrane Database

Syst Rev 2005:2
2- Kolderup L, McLean L, et al. Misoprostol is more efficacious for labor induction than prostaglandin E2, but is it associated with more risk? Am J Obstet Gynecol 180 (1999):1543-50.

Enfin, si un jour quelqu’un arrive à trouver les données complètes de cette étude, avec le nombre exact de ruptures utérines et de décès, ça m’intéresse…

Image
La pétition pour demander l’interdiction de l’utilisation détournée du cytotec dans les déclenchements d’accouchements est toujours en ligne sur le site de l'association Timéo et les Autres.

Retrouvez les autres épisodes du bêtisier :
- Episode 1 : Cachez ce décès que je ne saurais voir
- Episode 3 : Houston, on a un problème
- Episode 4 : Ça va plus vite … à la césa !
- Episode 5 : Petits tours de passe-passe
- Episode 6 : Chronique d’une hécatombe annoncée
- Episode 7 : Les yeux fermés (ou comment recruter des « volontaires » pour un essai clinique)

*misoprostol : molécule contenue dans le Cytotec®, un médicament destiné à traiter les ulcères gastriques et détourné de son usage pour déclencher des accouchements.

Crédits Illustrations : http://clipartof.com

Répondre